AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Fugitifs. [Campbell]

Aller en bas 
AuteurMessage
Indiana D. Malone

avatar

Messages : 24
Date d'inscription : 19/06/2013

MessageSujet: Fugitifs. [Campbell]   Jeu 27 Juin - 11:36


« Réfléchis, bordel. »

Sa conscience semblait lui indiquer de penser un peu plus à la solution qu’elle venait de trouver, Indiana, suspendu au rocher d’une falaise, visualisant le vide sous ses pieds, jurant silencieusement devant le pétrin dans lequel elle venait de se mettre. Lasse d’aussi peu contrôlé son pouvoir ces derniers temps, l’idée de lâcher la pointe du rocher lui traversait l’esprit, ce pourquoi elle se devait de réfléchir un peu plus à une solution censée. Si elle s’était retrouvée là, c’est parce que son corps avait décidé de lui faire à nouveau des siennes en lui faisant tester une forme qui faisait de ses jambes quelque chose d’inutile : voler. Au début, ça n’avait pas été déplaisant. Jusqu’à ce que, sur un coup de tête, elle retrouve ce qui la caractérisait le plus, son humanité. Loupant un battement de cœur lorsqu’une partie de la roche s’effrita au-dessus d’elle, la jeune fille tentait de calmer son rythme respiratoire – et par la même occasion, cardiaque – pour tenter de reprendre pleinement possession de ses membres et ainsi devenir ce qu’elle savait le plus manier. Elle savait qu’en adoptant les griffes, elle serait dans la capacité de remonter les quelques mètres qui la séparaient de la terre ferme. Fermant alors les yeux alors qu’elle se trouvait dans une position délicate, Indiana se concentrait sur une boule de nerfs qu’elle discernait dans son esprit, essayant de la délier par sa simple concentration et volonté relayée par son esprit. Lorsque les frémissements se divulguèrent dans ses membres, un sourire décora son visage de luminosité, heureuse de voir qu’elle avait encore une certaine propriété sur son corps, laissant alors la transformation s’opérer.

Le crissement de ses griffes déchira la roche qui céda tout de même sous le poids de la bête, arrivée juste à temps avant de ne sombrer dans la rivière en même temps que le reste de la paroi. Une douleur vive lui déchira l’épaule, elle se rendit alors compte que le pelage du loup n’avait pas été assez épais pour braver les bouts tranchants de certains morceaux de roche clandestins. Dans un geste lent, elle humidifiait la blessure tant bien que mal, préférant rester sous cette forme d’animal en pensant que la douleur serait moins lancinante que sous sa forme humaine. Allongée au sol, la forêt qui l’entourait montrait tellement de verdure qu’elle était indiscernable à plus d’un mètre. Ce même avantage qui s’était transformé en inconvénient lorsque la falaise avait paru un peu trop près et que son corps, dans son désir de survivre, avait paniqué et lui avait offert une nouvelle possibilité. Un peu capricieuse. Depuis cet orage du 4 janvier, ce n’est pas seulement la liberté qui lui avait ouvert les bras, c’est aussi un monde complètement différent de ce qu’elle avait pu fréquenter auparavant. Même ceux qui semblaient maintenant appartenir à sa race se divisaient en plusieurs catégories. Il était maintenant impossible de savoir si la personne que vous croisiez au coin d’une rue était un mutant autant en fuite que vous ou si c’était un de ceux qui s’étaient enjôlés dans les rails du gouvernement, devenant alors de simples pigeons, de simples matériaux scientifiques aux yeux du monde. Qu’ils avaient été naïfs. Presque stupides. De toutes manières, peu lui importait puisqu’elle marchait rarement dans les rues de la ville, trop prudente pour qu’elle soit reconnue aussi facilement.

Un bruissement provenant de derrière quelques arbres majestueusement élevés attira son attention, ses oreilles se dressant afin de guetter le moindre pas foulant les feuilles humides de la dernière pluie. Curieuse, peureuse de devoir affronter une quelconque forme de justice en chasse de mutants enfuis, particulièrement ceux venant de la prison, la louve se leva pour paraître prête à l’assaut. L’odorat qui lui venait était bien celle d’un humain, mais l’aura qui semblait l’entourer n’était pas celui de ceux qui avaient échappé aux trois orages. Moins méfiante, mais tout de même sur ses gardes car, on ne savait à quelle patrie pouvait appartenir l’individu, Indiana laissa ses prunelles de marbre à un point fixe.

C’est alors qu’un homme, bel et bien de forme humaine s’avança parmi les feuillages des chênes et des saules pleureurs, tombant nez à nez avec la bête que constituait la jeune femme. Les regards qu’ils échangèrent furent brefs mais, suffirent à comprendre qu’ils étaient tous deux des évadés de Kleberg, la brune reconnaissant alors le visage de cet homme qui ne s’était jamais mêlé aux foules de la prison, qui semblait n’avoir que pour but et simple idée de purger sa peine et de sortir pour démarrer une nouvelle vie. Ils paraissaient avoir une vie commune au sein de la détention, mais qui était-elle pour juger son état d’esprit et ce qu’il y ressentait ? Détendant ses muscles, Indiana resta tout de même à bonne distance, son peu de confiance et son extrême méfiance l’empêchant de reprendre, en cet instant, une forme digne d’une conversation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Campbell J. Harris

avatar

Messages : 33
Date d'inscription : 06/06/2013
Age : 22
Localisation : En fuite. Lorsque vous êtes déjà considéré comme un monstre en tant qu'humain et que vous devenez subitement un mutant, vous ne pouvez faire confiance à personne.

MessageSujet: Re: Fugitifs. [Campbell]   Lun 1 Juil - 0:50



« Fugitifs. »
MUSIC THEME Δ Come As You Are - Nirvana

D
epuis le jour où j'avais reçu mon don, il m'était presque impossible d'aller quelque part sans passer dans un coin de verdure. J'avais beau essayé de passer plusieurs heures à l'intérieur d'une maison sans avoir ne serait-ce qu'une petite plante, c'était insoutenable. Aussi insoutenable pour un toxicomane qui n'a pas sa drogue. Ma drogue à moi, c'était l'énergie de la végétation. D'abord je me contentais d'une simple feuille tombante d'un arbre, puis d'une fleur, d'un fruit, d'un buisson, d'un arbre et puis de toute une forêt. Le genre d'endroit où je me sentais bien, fort, rapide, invincible... Mais jusqu'à quand ? Il suffisait simplement de voir l'herbe mourir après mon passage à une trop grande vitesse. Je dérobais leur vivacité sans même essayer de me contenir, provoquant un véritable gâchis et comme cette énergie était épuisable, il me fallait parfois aller autre part pour éviter de détruire tout un bois. Mais dès que je le pouvais, je revenais. D'ailleurs, aujourd'hui, j'avais pris la peine de dormir ici même si je pouvais à tout moment tomber sur des randonneurs qui m'auraient arrêté... Quoique, peut être que j'aurais pu les effrayer avec mon don. Après tout, ici, c'était mon élément naturel, ici avec mes capacités accrues, personne ne pouvait me faire du mal... Personne ? Pas vraiment. Il n'y avait pas que des fugitifs qui avaient des supers-pouvoirs et ne désiraient simplement être libre. Il y avait aussi des gens qui voulaient aussi nous arrêter, et il y avait ces maudits mutants recensés qui feront sans aucun doute tout pour que l'on retourne à la case départ, en cellule. Pire que d'être prit pour des monstres, on était des monstres. Même si je n'avais seulement fait en sorte d'appliquer la justice à ma manière, on devait me prendre pour un dangereux criminel capable de faire n'importe quoi, seulement parce qu'il avait obtenu un don. Mais jamais je ne ferais de mal à personne, à moins d'y être obligé bien sûr... Mais personne cherchera à comprendre, au lieu de cela, je reviendrais dans la prison de Kleberg où je continuerai de purger ma peine. Réclamant éternellement que l'on m'apporte une feuille ! Je secouais la tête, tant que je resterais ici, il ne pourra rien m'arriver, je me laisserais jamais faire par qui que ce soit. Tant qu'il y avait encore de la végétation. Et je vis à mon réveil que j'avais détruit une bonne partie de la flore se trouvant autour de moi. Encore heureux, je n'avais réussis qu'à dérober la vie des fleurs et des arbres à un rayon de quelques mètres au maximum. Rien de plus. J'avais donc continué ma marche afin de ne pas puiser toute l'énergie au même endroit lorsqu'un bruit m'interpella. Je m'étais figé avant de bondir derrière un arbre sur lequel je m'accrochais tandis qu'il commençait déjà à pourrir. Je me permis finalement de basculer légèrement sur le côté pour essayer de voir qu'est ce que cela pouvait bien être. Un loup. Un loup plus gros que la normale ! Et vu ses réactions, je pouvais parier entre mille que c'était un mutant... Mais qui précisément ? Un voisin de cellule ? Un mutant recensé ? Ou pas ? Pensant que l'animal avait dû me remarquer déjà depuis un bout de temps, je décidais de sortir de ma cachette de façon hésitante avant de faire un geste de recul, restant sur mes gardes. Je ne tentais pas de fuir cependant. Si cet individu voulait me faire du mal, il m'aurait déjà bondit dessus depuis un bout de temps déjà. Et puis, avec toute ces émissions où l'on tentait de mettre en garde les citoyens contre les fugitifs en fuite, mon visage devait sûrement être connu de tous... J'inclinais la tête sur le côté, avant de prendre la parole en premier, curieux de savoir qui cela pouvait bien être... « - Qui es-tu et que fais-tu ici ? ».


Hors Sujet:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Indiana D. Malone

avatar

Messages : 24
Date d'inscription : 19/06/2013

MessageSujet: Re: Fugitifs. [Campbell]   Jeu 4 Juil - 16:20


« Qui es-tu et que fais-tu ici ? »

Qui était-il lui, pour lui demander son identité ? Pour oser rester planter devant elle sans cette peur qu’elle le dévore ? Une odeur de plantes vertes plus accrues lui chatouillait les narines. Passant une patte d’un geste lourd sur son museau, la louve s’écarta de quelques pas en arrière, sans se soucier que cet individu la suive pour s’enfoncer un peu plus dans la verdure. S’asseyant dans un coin d’herbe rejoignant la falaise, l’animal ferma les yeux, donnant cette sensation qu’il s’endormait sans ménagements aux yeux et à la barbe de l’intrus. Que nenni, sous sa peau plus puissante, Indiana tentait de trouver la concentration qui l’aidait à reprendre une forme humaine dans ces moments là. Elle savait à son odeur que le jeune homme qui l’avait questionné une minute plus tôt n’était pas de ceux qui s’étaient enjôlés dans les entrailles du gouvernement. Et puis, soyons honnêtes, quel mutant rallié au « mauvais côté » se rendrait dans une forêt aussi dense pour un peu de promenade ? Peut-être faisait-elle erreur, peut-être que non. Si jamais, elle pourrait sûrement aisément se défendre. Le fourmillement des tissus humains qui la caractérisait se fit sentir et, posant sa tête au sol, la transformation s’opéra non sans difficultés.

Retrouvant ainsi son visage de jeune adulte, Indiana posa un regard ambré sur son interlocuteur auquel elle n’avait toujours pas pris la peine de répondre. Détaillant ses traits sveltes, devinant une force physique qui ne devait pas laisser indifférent, elle se releva pour s’épousseter un peu des brins d’herbe qui s’étaient collés à son t-shirt. Voilà un avantage que de retrouver ses vêtements, chose qu’elle avait appréhendé lors de sa première transformation relativement catastrophique et pour cause. Alors qu’elle était à des kilomètres de Kleberg, la peur qui lui envahissait l’estomac l’avait poussé à découvrir son pouvoir alors qu’un reptile anormalement épais à son goût s’approchait d’elle lentement. Avançant d’un pas vers le jeune homme, elle savait que quelques années les séparaient, sachant pertinemment qu’elle ne faisait pas souvent son âge aux yeux de certaines personnes qui lui rajoutaient parfois cinq ou dix ans de plus. C’était surtout le style vestimentaire qui jouait sur les années qu’elle désirait prendre ou perdre. Dépassant le brun dans sa marche, elle ne lui prêta pas un regard avant d’enfin daigné lui répondre.

« Pourquoi te dirai-je mon nom sans savoir le tien ? »

Jamais elle n’avait donné en première. Indiana avait toujours rendu ce qu’on lui donnait mais n’avait jamais spécialement fait preuve de générosité soudaine, calculant le moindre de ses gestes, caractère amplifié à son entrée à la prison où seule la loi du plus fort régnait dans les cellules. Si elle avait réussi pendant ces quelques mois à ne pas entrer dans un gang quelconque, ce n’était non sans mal devant les insistances de certains et les menaces des autres. Le silence seulement avait su lui tenir compagnie dans ses pensées les plus profondes.
Alors qu’elle continuait sa marche, la vue de plantes complètement mortes et desséchées attirait son attention, curieuse d’un tel phénomène alors qu’elle se rappelait avoir foulé de ses coussins les fleurs environnantes. Se baissant pour attraper une jonquille qui n’avait pas non plus survécue, la jeune femme se retourna pour observer l’homme à qui elle avait affaire depuis quelques minutes. Derrière lui, le passage qu’il avait emprunté était légèrement tracé par le gris de l’herbe qui avait fané. Surprise d’une telle découverte, la curiosité prit le dessus sur le besoin de rester discrète, impressionnée.

« Quel est ton pouvoir ? Pourquoi… pourquoi tout semble perdre une quelconque énergie sur ton passage ? »

Mourir n’était pas le terme approprié, elle ne voulait en aucun cas accabler son interlocuteur qui avait déjà l’air suffisamment dépité. Revenant sur ses pas, elle s’approchait de lui dans un signe de confiance qu’elle espérait réciproque.

HS:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Fugitifs. [Campbell]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Fugitifs. [Campbell]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pour la jolie et rebelle Jade Campbell
» (F/M) Victoria « Lola » Campbell • i'm not a fortune teller
» (F) Danielle Campbell ♣ Jane Seymour (LIBRE)
» Une ville peu accueillante ... [ Adrien Campbell]
» (F) DANIELLE CAMPBELL ; such broken thing.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Misfits :: Kingsville :: La campagne :: La nature-
Sauter vers: